Textes d'APF

Stratégie

Agir avec nous

Dissolution!


Plusieurs associations et mouvements politiques organisent le 22 juin à Paris une manifestation pour demander la dissolution de l’Assemblée Nationale. Les adhérents d'Agir Pour la France se sont déclarés favorables à leur participation, pour plusieurs raisons.

La première est que François Hollande s’est fait élire sur le refus de l’austérité imposée par l’Allemagne pour le sauvetage de l’euro. Or, quelques jours après son élection, il a accepté le traité qu’il dénonçait et qui entraîne la France dans la récession. Les Français ont donc élu une majorité de députés pour mener une politique et c’est la politique contraire qui va être mise en oeuvre. Du point de vue démocratique, la dissolution s’impose.

La deuxième raison est qu’il faut essayer d’épargner à notre pays cette récession par tous les moyens. Elle va se traduire par une baisse des revenus de la plupart des Français, par un chômage record, obligeant ainsi de nombreux jeunes à prendre un très mauvais départ dans la vie, et par une disparition irréversible d’entreprises et de compétences. Il faudra des années à notre pays pour s’en remettre.

On objectera qu’une dissolution de l'Assemblée Nationale ferait le jeu de l’UMP. C’est une objection fondée. En effet, le Front National persistant dans sa stratégie solitaire, les patriotes ne sont sans doute pas en état de reléguer l’UMP au deuxième rang des opposants dans une élection législative. Mais le retour de l'UMP au pouvoir montrerait très vite aux Français que le problème n’est pas l’incapacité des socialistes à gouverner, ce qui pourrait justifier l’union des droites réclamée par quelques fantaisistes, mais bien l’impossibilité pour la France de vivre correctement avec l’euro, ce qui impose au contraire l’union des patriotes.

Cette manifestation peut-elle aboutir? Autrement dit, une dissolution de l’Assemblée Nationale peut-elle avoir lieu ? Contrairement aux apparences, ce n’est pas impossible. Certes, les députés socialistes voudront conserver leur mandat jusqu’au bout. Mais c’est François Hollande qui décide. Et s’il est lucide, il doit savoir que son mandat va être catastrophique et que seule une dissolution peut lui permettre d'être réélu en 2017.

Le 9 juin 2013.