Textes d'APF

Stratégie

Agir avec nous

Communiqué de presse.

Manifestation du 26 mai:
un tournant.


Agir Pour la France a estimé dès le départ qu’il ne devait pas s’impliquer ouvertement dans les manifestations contre le mariage homosexuel. L’opposition à cette mesure débordait très largement les clivages politiques de notre pays, entre la droite et la gauche d’une part, entre les Français et les européistes d’autre part. Et, comme nous l’avons rappelé dans notre dernier communiqué de presse, le meilleur moyen de faire reculer le gouvernement était la mobilisation populaire maximale, qu’il ne fallait pas perturber par des interférences politiques.

Aujourd’hui, le fait est là : les manifestations de masse n’ont pas abouti. On doit s’interroger sur les raisons qui ont conduit le Président de la République à rester ferme, et à soutenir face à une telle mobilisation populaire la revendication d’une poignée de personnes, bien plus étroite que la communauté des homosexuels. L’argument de la promesse électorale à respecter est proprement ridicule. Rappelons que quelques jours après son élection, François Hollande s’asseyait sur une promesse qui a largement contribué à son élection et aux conséquences touchant tous les Français : le refus de faire entrer la France dans l’austérité.

Quoi qu’il en soit, le texte est désormais voté. La discrétion que nous avons adoptée par souci d’efficacité n’est donc plus de mise et nous pouvons désormais nous exprimer sans retenue sur cette sujet.

Le prochain combat va devoir porter sur l’obligation qui sera faite à la France par l’Union Européenne de légaliser la procréation médicale assistée et la gestation pour autrui pour les homosexuels[1]. On touche là aux pires conséquences de la loi Taubira, qui va faire du ventre des femmes et de la parenté des enfants des biens commerciaux mis aux enchères.

Ce nouveau combat permettra de voir quelles sont les priorités de chacun. L’UMP en particulier, qui se contente actuellement de récolter sereinement les fruits de toutes les oppositions au mariage homosexuel, devra montrer s’il est prêt à s’opposer aux décisions de Bruxelles. A faire passer la France avant l’Europe.

La position d’Agir Pour la France est pour sa part parfaitement claire: nous appelons dès maintenant les Français à s’opposer fermement à ces légalisations, qui ne figurent pas dans la loi qui a été votée par la représentation nationale. La manifestation du 26 mai est le démarrage de ce nouveau combat.

Le 20 mai 2013.

[1] Nous invitons ceux qui ne l’ont pas encore fait à lire le texte du groupe Cambacérès, auquel nous souscrivons totalement.