Les débats d'Agir Pour la France.

Les points de vue exprimés dans cette page n'engagent que leurs signataires. Les positions d'APF
sont arrêtées par les votes des adhérents et sont présentées dans les pages vertes.



Débats d'idées

Débats sur la stratégie

Retour

L'enseignement.


La restauration de l’efficacité de notre système éducatif.

Notre système éducatif s’est profondément dégradé. Ses deux piliers essentiels sont en ruine. D’abord les résultats, en termes de savoirs acquis par les élèves et les étudiants. Ensuite sa fonction sociale, mesurée en termes d’égalité des chances. Il est essentiel de restaurer au plus vite ces deux piliers.

La priorité est de restaurer l’autorité des enseignants. Cela suppose que l’on assure leur sécurité physique, tant à l’intérieur des établissements qu’à l’extérieur, de même que celle des enfants. Cela suppose aussi l’introduction de sanctions utilisables contre les élèves ; elles seront prononcées devant les parents, qui assumeront ainsi la responsabilité de leur exécution. Cela suppose enfin la délivrance de vrais diplômes, qui devront être de vraies récompenses aux efforts fournis pour apprendre et comprendre, et posséder ainsi une vraie valeur.

Les programmes de l’enseignement secondaire devront être recentrés sur les savoirs de base, en particulier la maîtrise des calculs élémentaires, et celle de la langue française, en lecture et en écriture. Cette maîtrise devra être sanctionnée par un vrai diplôme, qui devra avoir été obtenu avant de passer à d’autres savoirs. En particulier l’enseignement des langues étrangères.

Quelques enseignements complémentaires pourront être délivrés en parallèle. Essentiellement une instruction civique, sur les valeurs morales de notre société : la tolérance, la liberté de pensée, le respect d’autrui, le prix de la vie, le pardon, la paix… , sur notre Histoire, notre système politique et judiciaire. Certainement pas sur les religions, qui doivent rester en dehors des programmes de l’éducation nationale.

Enfin, le baccalauréat devra redevenir un diplôme à spécialités établissant la capacité à suivre des études supérieures spécifiques.

Pour rétablir l’égalité des chances, les coûts des études qui sont progressivement apparus pour les élèves français devront être supprimés. Le principe doit être un enseignement gratuit délivré pour obtenir les différents diplômés nécessaires à la Nation. Si les élèves ou les étudiants choisissent de travailler à l’étranger, ils devront rembourser prorata temporis le coût des études suivies.

Les écoles de commerce, qui ne sont aujourd’hui accessibles qu’à la bourgeoisie à cause de leur coût, devront se conformer à ces principes. Le niveau des savoirs acquis dans ces écoles devront être clairement identifiables et rehaussés.

Daniel Fédou, le 5 février 2015.